Porteur
Laurent Granjon
Session
2018
Co-porteur(s)
Carine Brouat
Titre
Rongeurs commensaux et pathogènes bactériens hébergés dans la région du Ferlo : comparaison de situations différenciées
Résumé
La souris domestique (Mus musculus domesticus) est une espèce commensale invasive qui a désormais envahi la majorité des villes et villages de la moitié nord du Sénégal, où elle a remplacé les espèces autochtones qui y étaient présentes avant son arrivée. Tous ces rongeurs sont des réservoirs potentiels d’un certain nombre de pathogènes transmissibles à l’homme et au bétail. Le présent projet vise à caractériser les patrons d’infections des rongeurs commensaux par des bactéries zoonotiques afin d’évaluer les conséquences du remplacement des espèces de rongeurs natives par la souris invasive en termes de portage de bactéries pathogènes, et donc de risques sanitaires potentiels pour l’homme. Ceci passera par une comparaison des spectres de bactéries hébergées par la souris et les espèces natives dans différentes situations où l’une ou les autres de ces espèces dominent les communautés de petits mammifères commensaux, dans la région du Ferlo. L’influence de l’identité de l’hôte, mais également de l’habitat, seront testés. Ce projet aboutira à l’obtention de données originales sur la distribution des communautés de bactéries zoonotiques dans les populations de petits mammifères (rongeurs en particulier) commensales du Ferlo, et à partir de là à une évaluation des risques en termes de santé publique pour les populations humaines au contact de ces petits mammifères réservoirs.
Type
Projet OHMs
OHM(s) concerné(s)
  • OHMI Téssékéré
Disciplines
Éco-épidémiologie, Écologie de la santé, Génétique
Image

Porteur

Laurent
Granjon
Mes activités de recherche se répartissent entre systématique intégrative de rongeurs africains et études de populations et communautés de petits mammifères, en particulier dans des contextes de
zoonoses et/ou d’invasion par des espèces de rongeurs en Afrique de l'Ouest. Actuellement installé dans l'implantation principale de l'UMR 022 IRD "Centre de Biologie pour la Gestion des Populations" à Montpellier dont je suis directeur-adjoint, j'ai été affecté pendant 6 ans (2008-2014) à Dakar dans l'implantation secondaire de l'unité au Sénégal. J'y ai entre autres participé aux projets OHMTessekere pilotés en 2010, 2011 et 2013 par Massamba Thiam (IFAN-UCAD, Dakar). J'ai depuis porté les projets OHM-Tessekere déposés sous couverts du labex DRIIHM par notre équipe depuis 2016, ainsi qu'un projet financé par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) sur le thème "Scénarios d’invasion de rongeurs au Sahel : Impact des changements globaux sur l’expansion de la gerbille nigériane et la souris domestique au Sénégal" (2014-2017).

Participants

Carine
Brouat
Carine Brouat travaille depuis plus de dix ans sur l’écologie évolutive des interactions rongeurs-parasites en Afrique de l’Ouest. Ses recherches ciblent les communautés naturelles de rongeurs envahissants et natifs, et leurs macro (helminthes intestinaux) et micro-parasites (bactéries pathogènes). Elles visent à comprendre l’histoire évolutive des espèces invasives (approches de génétique des populations et de phylogéographie) et le rôle du parasitisme (analysé à l’échelle des communautés) et des modifications immunologiques associées dans le succès d’espèces envahissantes (e.g., le rat noir et la souris domestique) face à des communautés natives bien adaptées à leur habitat (approches d’écologie de terrain ou expérimentales ; identification de parasites ; immunoécologie). Carine Brouat travaille également sur les conséquences de ces invasions en termes de santé publique (détection d'agents de zoonoses portés par les rongeurs), en lien avec plusieurs collaborateurs (Université de Limoges, UMR IRD MIVEGEC, Projet PATHO-ID). Elle est titulaire d’un diplôme d’expérimentation animale (Niveau 1 ; approuvé par la FELASA).
Mxime
Galan
Mon activité principale consiste à développer et mettre en place des stratégies moléculaires d’étude de la variabilité génétique des populations naturelles (vertébrés et pathogènes ou proies associés). Ces méthodes concernent la caractérisation de séquences nucléiques, de génotypes ou de niveaux d’expression géniques de marqueurs moléculaires, à l’échelle de quelques gènes jusqu’au génome/transcriptome. Elles font notamment appel aux technologies de séquençage de nouvelle génération et à leurs applications (metabarcoding, 16S rRNA amplicon sequencing, RADseq, Genotyping By Sequencing, RNAseq).
Oleg
Mediannikov
Paludisme et maladies émergentes en Afrique: détection, épidémiologie et lutte.
Christophe
Diagne
Sur la base de suivis longitudinaux des communautés de rongeurs et de leurs parasites en cours depuis 2009 dans plusieurs localités, Chrisophe Diagne mène des recherches visant essentiellement à analyser les relations entre les variations spatio-temporelles des structures des communautés de parasites (helminthes, bactéries, virus et/ou protozoaires), paramètres écologiques (type de milieu, caractéristiques environnementales) et abondances relatives des différentes espèces de rongeurs hôtes présents au sein des agro-écosystèmes sahéliens au Nord Sénégal. Ces recherches permettront aussi d’identifier la présence de différents pathogènes potentiellement transmissibles à l’homme ou au bétail, avec des conséquences importantes en termes d’hygiène et de santé publique.