Porteur
David Blanchon
Session
2019
Co-porteur(s)
Titre
Sentinel Territories in Pima County
Résumé
Une partie des problèmes environnementaux liés à l’Anthropocène, comme le changement climatique ou des pollutions diffuses, ne sont pas immédiatement perceptibles par les populations ou volontairement cachées. Pour les faire émerger, il faut bien évidemment des “capteurs”, des “sentinelles” capables, dans un poste avancé, d’une surveillance attentive et qui doivent être les premières à « sentir » la menace. Qu’elles soient “technologiques” ou humaines, ces sentinelles s’inscrivent dans des dispositifs socio-techniques. La question centrale de ce programme de recherche est de s’intéresser à l’insertion et à la place de ces sentinelles dans la construction de territoires que l’on pourrait appeler “territoires sentinelles”.
Ce programme de recherche s’inscrit dans le cadre des travaux de l’UMI Iglobes (notamment Observatoire Hommes-Milieux) et la réflexion menée avec l’Udall Center de l’Université d’Arizona sur les “tipping point” en matière de changements environnementaux.
Type
Projet OHMs
OHM(s) concerné(s)
  • Pima County
Disciplines
Anthropologie, Géographie
Image

Porteur

David
Blanchon
D. Blanchon travaille depuis maintenant de longues années sur les thèmes de la gestion de l’eau, notamment à travers son projet IUF « Hydrosystèmes et hydropolitiques en Afrique ». Il est également membre fondateur du Res-Eaux (https://reseaux.parisnanterre.fr/). Si ses recherches ont porté essentiellement sur l’Afrique, il a également publié des textes et organisé des conférences à portée plus théorique, comme par exemple l’International seminar on Science and ‘Engagement’ in Water Studies. Les Etats-unis sont un nouveau terrain, mais familier par des lectures, également des séjours de recherche, à l’Université de Yale (en tant que lecteur de français, 1997-1998) et à Berkeley (2013) dans le cadre de sa délégation IUF. Il a été très récemment membre du groupe de réflexion portant sur la question de la solidarité écologique, porté par le Ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Agence Française de la Biodiversité.

Participants

Stéphane
Tonnelat
Stéphane Tonnelat est chargé de recherche au CNRS et actuellement directeur adjoint de l’UMR LAVUE. Il mène un travail ethnographique sur divers types d’espaces publics urbains à Paris et New York. Ses principaux terrains sont les interstices urbains (terrains délaissés, friches), les parcs et jardins, le métro et le ferry. Il est aussi corédacteur en chef de la revue en ligne Metropolitiques. Dans le cadre de ses recherches portant sur l’environnement, il a notamment travaillé, avec Samuel Bordreuil et Anne Lovell, sur un projet d’étude des publics de la reconstruction de la Nouvelle Orleans depuis l’ouragan Katrina.
Frédéric
KECK
F. Keck a publié un ensemble de travaux sur l’histoire de l’anthropologie française dans ses relations avec la philosophie (Comte, Lévy-Bruhl, Durkheim, Bergson, Lévi-Strauss). Il a également travaillé avec P. Rabinow sur la notion de biopouvoir. Il a effectué des enquêtes ethnographiques sur les crises sanitaires liées aux maladies animales : ESB, SRAS, grippes « aviaire » et « porcine ». Ses travaux, au croisement de l’histoire des sciences, de la sociologie des risques et de l’anthropologie de la nature, portent plus généralement sur les normes de « biosécurité » appliquées aux humains et aux animaux, et sur les formes de prévision qu’elles produisent à l’égard des catastrophes sanitaires et écologiques.