Porteur
Stéphane Ghiotti
Session
2018
Co-porteur(s)
Titre
Gérer l’eau et les territoires sur un littoral lagunaire Approche comparée des étangs littoraux de Biguglia (Corse) et de l’Or (Occitanie). Gesteau Litto
Résumé
Les lagunes méditerranéennes françaises sont des territoires spécifiques confrontés à des enjeux stratégiques en termes d’aménagement du territoire et de protection de l’environnement. Ces enjeux articulent plusieurs problématiques, environnementales (continentales, lacustres, marines), institutionnelles avec obligation de résultats (GIRE, GIZC, LEMA, multiples directives européennes) et politiques avec les différentes réformes territoriales (intercommunalités, décentralisation). Les modalités de circulation, de distribution et de partage des ressources en eau sont des constructions sociale, historique et politique qui modifient les conditions socio-environnementales des territoires qui évoluent selon les époques. Le projet vise à saisir, définir et analyser cette géographie de l’eau, à plusieurs échelles de temps et d'espaces en se basant sur la compréhension des interrelations spatiales et temporelles entre dynamiques environnementales, paysagères et les modalités de gestion et de gouvernance des espaces lagunaires. Fortement aménagées, soumises à de fortes pressions urbanistiques et touristiques et exposées à de multiples sources de pollution, deux lagunes relevant du périmètre de l’OHM-LM seront les terrains d’étude privilégiés dans une perspective comparatiste. Il s'agit de celle de Biguglia (1450 ha) située au sud de Bastia pour la Corse et de l'Or (5000 ha), située à proximité de Montpellier dans le département de l'Hérault pour la région Occitanie.
Type
Projet OHMs
OHM(s) concerné(s)
  • Littoral Méditerranéen
Disciplines
Écologie, Géographie, Géohistoire, Géomatique, Hydrologie
Image

Porteur

Stéphane
Ghiotti
Mes recherches portent sur la géographie de l'eau en Méditerranée. L’approche disciplinaire se situe dans le champ de la géographie critique environnementale comprise comme l’analyse dans le temps et dans l'espace des relations eau, société et pouvoirs dont l’objectif est double : appréhender à la fois les mécanismes sociaux, juridiques et politiques de définition, d’appropriation et de contrôle des ressources mais aussi leurs conséquences pour l’organisation et l'aménagement des territoires. Dans cette optique, il s’agit d’analyser et de comprendre notamment la place des approches de gestion de l’eau par bassin dans les dynamiques de développement et d’aménagement du territoire. Le positionnement théorique retenu considère ces approches comme une co-construction environnementale sociale, historique et politique. L’ensemble est complété par une méthodologie comparatiste dont le but est d’identifier les continuités/discontinuités (espaces, temps, acteurs) dans ces processus. L’approche par les cycles de territorialisation est au cœur de la démarche. Mes terrains d’étude sont historiquement plutôt situés à l’échelle du bassin méditerranéen (Liban, Maroc et France) avec des ouvertures ces dernières années au Québec, au Mexique et au Costa-Rica. Mes travaux portent sur l'eau potable, l'irrigation, les infrastructures hydrauliques et les instruments/outils de gestion et concernent plusieurs objets géographiques tels que les fleuves et les rivières, les espaces montagnards et les lagunes littorales.