Porteur
Annabelle Austruy
Session
2017
Co-porteur(s)
Catherine Keller (CEREGE), Steven criquet (IMBE)
Titre
Caractérisation et aide à la décision dans le cadre de la gestion d'anciennes friches industrielles de périphérie urbaine
Résumé
Face à la croissance démographique et la pénurie de surfaces en zones urbaines, la réhabilitation des sites et sols pollués est d’un intérêt croissant dans le cadre d’un développement durable des communes et collectivités. Dans ce contexte, l'étude de l'évaluation des transferts, des expositions et des effets générés par les contaminants s'avère primordiale pour faciliter l’intégration des friches dans des stratégies urbaines de reconversion. La problématique générale du projet concerne la gestion des sols pollués à l'échelle communale et métropolitaine. Cette étude sera réalisée sur la friche industrielle AZUR-CHIMIE à l'arrêt depuis 2009, référencée dans la base de données BASOL et située sur la commune de Port-de-Bouc à proximité d'habitations et au bord du Canal de Caronte. Il s'agit, d’une part, d'évaluer les transferts, les expositions et in fine les risques environnementaux et sanitaires de cette friche industrielle. D'autre part, ce projet a pour objectif de consolider les méthodes de diagnostic pour faciliter leur utilisation et leur mise en application dans des études de caractérisation et de remédiation d’anciennes friches industrielles ou minières et de proposer de nouveaux outils pour aider à la prise de décision. L'évaluation du risque sanitaire par la mesure de la fraction de polluants bioaccessible du sol et le calcul des doses journalières d’exposition et de l’indice de risque permettra de compléter les données et apportera des précisions sur le risque sanitaire lié à l'exposition des populations par ingestion des poussières de sol contaminées.
Type
Projet OHMs
OHM(s) concerné(s)
  • Littoral Méditerranéen
Disciplines
Biogéochimie, Botanique, Écologie
Image

Porteur

Annabelle
Austruy
L'Institut Ecocitoyen pour la Connaissance des Pollutions (IECP), implanté sur le Territoire Istres-Ouest-Provence en plein coeur de la zone industrialo-portuaire du Golfe de Fos et du porutour de l'Etang de Berre, est un centre d'étude de l'environnement et de l'effet des pollutions sur la santé. Il présente une double structure, le Conseil d’Administration et le Conseil Scientifique, qui permet un développement collégial de la connaissance scientifique. Ces deux composantes, rassemblées en une même structure, permettent de développer la recherche sur des demandes concrètes du territoire en lien direct avec la société, et permettent de traiter les questions d'aménagement territorial dans un cadre scientifique défini et partagé. Les liens directs que l'IECP entretient avec les acteurs locaux et la complémentarité des études menées sur l'ensemble des compartiments environnementaux permettent une approche globale du cheminement des polluants.
L'équipe opérationnelle de l’Institut Ecocitoyen se compose de 9 personnes : directeur, responsable scientifique, responsable administrative, chargées de mission « bio-imprégnation », « biosurveillance environnementale » et « sol/écotoxicité », chargée de communication, technicien, assistante administrative. Les études menées par l'Institut Ecocitoyen concernent la composition de l'air (aérosol et polluants gazeux), l'état des sols, le suivi du milieu marin, le suivi des eaux continentales, la bio-imprégnation humaine aux polluants industriels et l'observation des pathologies. En outre, l'IECP anime un réseau de volontaires en observation de l'environnement (réseau VOCE), destiné à fournir des données issues d'observations quotidiennes réalisées dans le cadre récréatif et/ou professionnel.

Participants

Catherine
Keller
Le Centre de Recherche et d'Enseignement de Géosciences de l'Environnement rassemble environ 140 personnels permanents. Il fait partie de l'OSU Pythéas. Les membres de l'équipe impliqués dans cette proposition de projet font partie de l'équipe INTERFAST (Interfaces et Transferts) et contribuent à 2 des 8 thématiques du CEREGE, à savoir “Fonctionnement des sols (naturels et anthropisés)” et “Nanomatériaux, Déchets et polluants”. L'équipe disciplinaire Interfaces et Transferts regroupe des compétences en biogéochimie minéralogie et bio-physico-chimie environnementale. La vocation de l'équipe est de définir le plus finement possible les mécanismes réactionnels de transfert et de toxicité depuis l'échelle moléculaire jusqu'à l'échelle des parcelles, tout en couplant cette approche à celle des bilans de flux. Elle bénéficie pour cela d'une large palette d'instruments analytiques. Les travaux de la thématique “sols” visent d'une part à améliorer la connaissance générique de la pédogenèse et des cycles géochimiques (sols et systèmes d'altération) et d'autre part à prévoir l'impact du changement climatique et des pressions anthropiques sur les sols et ces cycles. La seconde thématique s'intéresse aux pressions anthropiques qui se traduisent, entre autres, par la dissémination de polluants (métaux, aérosols, radionucléides, contaminants organiques ...), la production de déchets (urbains, agricoles, industriels, nucléaires, …) et l'utilisation industrielle récente et croissante de nouveaux matériaux, (ex : nanoparticules). Les travaux de la thématique visent à en évaluer les impacts et limiter les effets.
Steven
Criquet
L'Equipe VEM, Vulnérabilité des Ecosystèmes Microbiens, de l'IMBE est composée de 13 personnes. L'objectif principal est d'étudier le fonctionnement microbien des sols d'écosystèmes terrestres et littoraux, et d'évaluer l'impact de diverses perturbations, telles que des contaminations par des xénobiotiques, sur ces patrons fonctionnels. Les travaux menés sur cette thématique consistent à : (i) étudier le fonctionnement microbien d'écosystèmes naturels à faibles pressions anthropiques (litières et sols forestiers, agrosystèmes “bio”...), (ii) évaluer l'importance de différents facteurs biotiques (Humidité, température, disponibilité en C, N, P, ...) sur le fonctionnement de ces systèmes, (iii) établir l'impact de xénobiotiques, et d'autres perturbations (boues d'épuration, composts de boues, ETM, incendies, etc...) sur le compartiment microbien et les cycles biogéochimiques C, N, P, S de ces systèmes.
Les méthodes utilisées par l'équipe sont :
- activités enzymatiques (oxydases & hydrolases) par méthode individuelle ou par kit enzymatique par fluorescence
- biomasse bactérienne et fongique par épifluorescence
- respirométrie en CPG par dégagement de CO2 ou par système automatisé oxytop®
- biodiversité fonctionnelle bactérienne et fongique par BioLog®
- dénombrement de microflores dégradantes spécifiques par multiplaques
- analyses électrophorétiques SDS-PAGE, IEF
- isolement et caractérisation de souches bactériennes et fongiques
- purification d'enzymes microbiennes par méthodes chromatographiques FPLC
- RMN solide du 13C, spectroscopie infrarouges NIRS, MIRS
L'IMBE possède en outre tous les équipements de base nécessaires à des études microbiologiques, biochimiques et chimiques. L'équipe bénéficie également du service commun de Biologie Moléculaire de l'IMBE.