Porteur
Arthur Kocher
Session
2017
Co-porteur(s)
Jérôme Murienne
Titre
Impact de l'activité humaine sur le risque de transmission de la leishmaniose dans l'aire de Saint-Georges de l'Oyapock - session II
Résumé
Au regard des changements environnementaux que connait notre époque, des inquiétudes sont soulevées quand à la perte de services écosystémiques fondamentaux. Le rôle de la biodiversité dans la régulation des pathogènes constitue actuellement un débat scientifique majeur. Il est essentiel d'aborder ces questions éco-épidémiologiques par des études de terrain, en particulier dans les régions qui abritent encore une grande diversité d'espèces, tout en étant menacées par l'intensification des activités humaines. Avec l'ouverture du pont vers le Brésil, la région de Saint-Georges est aujourd'hui plus que jamais l'illustration d'un territoire guyanais présentant d’importantes mutations démographiques au sein d'un environnement naturel préservé.
En 2016, nous avons reçu le soutien de l'OHM Oyapock pour étudier l'effet de la pression de chasse sur le risque de transmission de la leishmaniose dans la région de Saint-Georges. Près de 12.000 phlébotomes ont été récoltés le long d'un gradient d'anthropisation. Les résultats obtenus indiquent déjà des tendances claires. Ils devraient rapidement faire l'objet de publications et seront présentés à la réunion annuelle de l'OHM.
Il est maintenant nécessaire de poursuivre nos efforts afin de valider les tendances observées. Le projet 2017 inclura une replication d'échantillonnage sur le même gradient, ainsi que l'inclusion d'un site de référence non-anthropisé, et le développement d'analyses statistiques adéquates. Bénéficiant de l'expertise méthodologique acquise et des résultats déjà obtenus, nous espérons apporter des réponses solides aux questions éco-épidémiologiques proposées pour la fin de l'année 2017.
Type
Projet OHMs
OHM(s) concerné(s)
  • Oyapock
Disciplines
Éco-épidémiologie
Image

Porteur

Arthur
Kocher
Arthur Kocher est vétérinaire de formation également diplômé d'un master en épidémiologie. Il poursuit actuellement une thèse de doctorat au laboratoire Évolution et Diversité Biologique (EDB, UMR 5174 CNRS/UPS). Son projet, financé par le labex CEBA, vise à étudier l'impact de l'anthropisation des milieux sur l'épidémiologie de la leishmaniose en Guyane.

Participants

Jérôme
Murienne
Jérôme Murienne est chargé de recherche CNRS (CR2) au laboratoire "Evolution et Diversité
Biologique" (EDB, UMR5174 CNRS/UPS). Il étudie les facteurs écologiques et evolutifs responsables
des patrons de biodiversité actuels, avec un interet particulier pour le plateau des Guyanes.