Porteur
Mehdi Saqalli
Session
2017
Co-porteur(s)
Nicolas Maestripieri
Titre
FEZOADA : Formalisation et Evaluation de l’occupation du territoire par Zonage du bassin de l’Oyapock A Dires d’Acteurs (ZADA)
Résumé
Le projet FEZOADA est motivé par la nécessité de penser ce territoire comme un ensemble certes hétérogène mais portant une unité comme double point de passage entre intérieur et côte d'une part et entre les deux côtés de la frontière du fleuve Oyapock et non indépendant du reste de la Guyane française), à savoir :
• dans son utilisation, en particulier agricole, cynégétique et piscicole;
• dans son organisation institutionnelle et dans l'empreinte de l’État français;
• dans les transformations qu'il subit en termes de flux et d'échanges d'hommes et de produits.
Les Zonages à Dires d'Acteurs ou ZADAs permettent de rendre compte à l'échelle régionale de ces points de manière « quali-quantitative », à savoir dont l'information recueillie est positionnée géographiquement, renseignée quantitativement mais dont le choix des critères pertinents, leur priorité est choisie qualitativement par les acteurs locaux.
Combinés à la méthode PARDIS de formalisation collective des dynamiques affectant un territoire et sur ces bases, de constitution de scénarios prospectifs sur les futurs possibles, cela permet:
• de répondre au verrou méthodologique de la difficulté de couvrir un territoire étudié dans sa globalité géographique, permettant de replacer le bassin de dans la sphère d’usage de ses habitants ;
• de faire apparaître les critères qui sont perçus localement comme caractérisant au mieux ce même large territoire;
• de formaliser les futurs possibles et des spatialiser leurs conséquences éventuellement divergentes sur le bassin de l'Oyapock dans son ensemble;
Type
Projet OHMs
OHM(s) concerné(s)
  • Oyapock
Disciplines
Anthropologie, Géographie, Santé publique, Socio-anthropologie
Image

Porteur

Mehdi
Saqalli
Mehdi Saqalli, Ingénieur agronome et forestier et docteur en analyse des systèmes agraires de l’université catholique de Louvain (Belgique), j’ai travaillé sur les sociétés rurales non industrialisées et sur des problématiques de développement dans plusieurs pays du Sud, via la modélisation multi-agents et une approche par enquêtes sociales et géographiques.. Mes travaux portent sur l’utilisation des outils de modélisation, en particulier multi-agents, pour la compréhension de l’impact des combinaisons situées de facteurs socio-anthropologiques et agro-environnementaux dans le devenir de sociétés rurales.
Mon projet de recherche cherche à formaliser cette complexité par une approche articulant échelles spatiales, temporelles et sociopolitiques grâce à l'utilisation de modèles sociogéographiques dynamiques, modèles de types multi-agents. L'objectif de ce projet est à moyen terme de faire apparaître des tendances d'organisation de ces sociétés et plus particulièrement de participer à la récusation/confirmation d'hypothèses scientifiques sur les causes socio-environnementales de leurs évolutions.
Becerra, Saqalli, Gangneron, Dia. 2016. Everyday vulnerabilities and “social dispositions” in the Malian Sahel, an indication for evaluating future adaptability to water crises? Regional Environmental Change 16 (5), 1253-1265.
Maestripieri, Saqalli. 2016. Assessing health risk using regional mappings based on local perceptions: A comparative study of three different hazards. Human and Ecological Risk Assessment: An International Journal 22 (3), 721-735.
Belem, Sáenz, Saqalli, Maestripieri. 2015. Integrated assessment modelling of environmental impacts of land use policy in West-Africa: A conceptual model. SAGEO, Hammamet, Tunisie.
Boussetta, Saqalli, Maestripieri, Rejeb. 2015. Comprendre un paysage et un territoire au travers d'un outil de spatialisation participatif: Cas de la zone de Mornag-Jebel Ressas. SAGEO, Hammamet, Tunisie.

Participants

Mehdi
Saqalli
Je suis ingénieur agronome et forestier et docteur en analyse des systèmes agraires de l’université catholique de Louvain (Belgique). J’ai travaillé sur les sociétés rurales non industrialisées et sur des problématiques de développement dans plusieurs pays du Sud, via la modélisation multi-agents et une approche par enquêtes sociales et géographiques.. Mes travaux portent sur l’utilisation des outils de modélisation, en particulier multi-agents, pour la compréhension de l’impact des combinaisons situées de facteurs socio-anthropologiques et agri-environ-nementaux dans le devenir de sociétés rurales.
Mon projet de recherche cherche à formaliser cette complexité par une approche articulant échelles spatiales, temporelles et sociopolitiques grâce à l'utilisation de modèles sociogéographiques dynamiques, modèles de types multi-agents. L'objectif de ce projet est à moyen terme de faire apparaître des tendances d'organisation de ces sociétés et plus particulièrement de participer à la récusation/ confirmation d'hypothèses scientifiques sur les causes socio-environnementales de leurs évolutions.

Becerra, Saqalli, Gangneron, Dia. 2016. Everyday vulnerabilities and “social dispositions” in the Malian Sahel, an indication for evaluating future adaptability to water crises? Regional Environmental Change 16 (5), 1253-1265.
Maestripieri, Saqalli. 2016. Assessing health risk using regional mappings based on local perceptions: A comparative study of three different hazards. Human and Ecological Risk Assessment: An International Journal 22 (3), 721-735.
Belem, Sáenz, Saqalli, Maestripieri. 2015. Integrated assessment modelling of environmental impacts of land use policy in West-Africa: A conceptual model. SAGEO, Hammamet, Tunisie.
Boussetta, Saqalli, Maestripieri, Rejeb. 2015. Comprendre un paysage et un territoire au travers d'un outil de spatialisation participatif: Cas de la zone de Mornag-Jebel Ressas. SAGEO, Hammamet, Tunisie.
Nicolas
Maestripieri
Nicolas Maestripieri est docteur en Géographie et Aménagement de l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès. Ses recherches se focalisent sur la dynamique spatio-temporelle (rétrospective et prospective) du couvert végétal et la modélisation des changements d’occupation et d’utilisation des sols (LUCC). La compréhension de ces processus (contexte socio-politique, économique et dynamique environnementale -
LUCC) permet d’élaborer des scénarios prospectifs spatialisés afin d’apporter une base de réflexion aux acteurs impliqués dans le projet en question. La prise en compte et l’intégration des populations locales dans le processus de modélisation est fondamentale dans la mesure où elles conditionnent l’efficience des politiques d’aménagements.
Maestripieri, Saqalli. 2016. Assessing health risk using regional mappings based on local perceptions: A comparative study of three different hazards. Human and Ecological Risk Assessment: An International Journal 22 (3), 721-735.
Maestripieri, Paegelow, 2013. Validation spatiale de deux modèles de simulation: l’exemple des plantations industrielles au Chili, Cybergéo - European Journal of Geography.
Paegelow, Maestripieri, Sáez Villalobos, Toro Balbontín, 2012, Détection des plantations forestières par imagerie satellite MODIS dans le Sud du Chili, Revue M@ppemonde, 16.
Eric
Maire
Docteur en EEA, ingénieur de recherche au CNRS depuis 1995, passé du monde de l’électronique vers l’analyse d’images appliquée à la biologie moléculaire à l’Institut de Biologie de Lille, Eric Maire rejoint ensuite le GET (Géoscience Environnement Toulouse) en 1999. Il s’oriente finalement vers les problématiques environnementales pour avoir à coeur de se placer dans la pratique de l’interdisciplinarité. Depuis 2008 au laboratoire GEODE à Toulouse (Géographie de l’environnement), il se consacre sa recherche aux dynamiques et enjeux contemporains des environnements et des paysages. Ses thèmes de prédilection concernent les enjeux liés à la biodiversité, l’agroforesterie, le pastoralisme et l’apiculture en lien avec les politiques publiques. Par ailleurs, il met en œuvre des outils de spatialisation, de télédétection, d’analyse d’images en haute résolution dédiés aux recherches sur les sociétés pour la préservation des espaces protégés et de ses marges. Il travaille aussi bien en Europe (France, Italie, Espagne) que dans les pays plus au Sud (Venezuela, Inde du sud, Laos, Afrique, etc.). Il s’intéresse également aux moyens nécessaires pour «mesurer l’environnement» qui se trouvent au coeur de la question de la construction d’indicateurs robustes et cela aussi bien sur le volet social qu’instrumental.
Nicolas
de Munnick
De MUNNICK Nicolas, Ingénieur d’Etudes CNRS
CNRS, né le 07/10/1953 à La Haye (Pays-Bas), nationalité française

Expériences professionnelles
• 2008-aujourd’hui : CNRS : ingénieur chargé d’études des milieux naturels & ruraux ; au sein du laboratoire GEODE (Géographie de l’Environnement), UMR 5602, responsable des palynothèques ; programmes de recherche botanique, mycologie, palynologie, pastoralisme.
• 1994-2008 : nombreux études, expertises, inventaires et diagnostics pour diverses structures, bureaux d’étude, institutions ; domaines de la végétation et de la mycologie

Expériences extraprofessionnelles
• 2003-aujourd’hui : Parc Naturel Régional Pyrénées Ariégeoises : membre du Conseil Scientifique (expert en botanique, mycologie & pastoralisme).
• 1997-2008 : président Société Mycologique de l’Ariège : organisation de 21 expositions mycologiques et encadrant 140 sorties.
• 1996-2000, 2003-2004 : Observatoire Mycologique : inventaires mycologiques dans différentes forêts (Callong, Massat, Soulan), programme européen RENECOFOR.
• 1994-aujourd’hui : Nature Midi Pyrénées : animateur de sorties natures sur les thèmes botanique, mycologie, pastoralisme.
• 1988-aujourd’hui : Association des Naturalistes de l’Ariège : encadrant 60 sorties environnement, création d’une exposition sur les orchidées et de 12 expositions mycologiques. Secrétaire de 1989 à 1991.

Formations
• botanique : depuis 1961, auto-formation flore et végétation :
o détermination floristique
o techniques d’analyse de la végétation : exercices sur le terrain & formation théorique
o conservation, cartographie et inventaire
o travail de terrain plus de 2000 visites
o outils internet
• mycologie : depuis 1988 formation à la mycologie :
o détermination
o conservation, cartographie et inventaire
o écologie : étude des champignons par leurs milieux de vie
Emilie
Lerigoleur
Assistante Ingénieure CNRS à l'UMR 5602 GEODE (Géographie de l'Environnement), en charge des bases de données spatiales, catalogues de métadonnées et systèmes d'information du laboratoire. Également ingénieure support de l'OHM Pyrénées Haut Vicdessos. Compétences en conception/modélisation/gestion de bases de données et en géomatique (analyse et traitements SIG, webmapping).