Séminaire annuel de restitution des projets de recherche 2014

Le séminaire annuel de restitution de l'OHMi Téssékéré se tiendra les 26 et 27 octobre 2015 à la faculté de médecine de l'UCAD. Durant cette journée, les résultats des recherches (financées par l'OHMi et le Labex DRIIHM) en 2014 seront exposés.

Le programme de la journée sera disponible prochainement.

Green Arid conference "What do we know about the potential impacts of Greening Scenarios in semi-­arid regions ?"

L'OHMi Téssékéré participera à la conférence Green Arid "What do we know about the potential impacts of Greening Scenarios in semi-­arid regions ?" organisée du 15 au 17 avril 2015 à Dakar, à travers une communication orale intitulée "L'écologie de la santé dans le Ferlo". Pour plus d'informations, veuillez consulter le fichier suivant :

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (GreenArid_FinalCall_5March2015.pdf)Green Arid Conference

Université d'été 2015 à Widou Thiengoly

L’Observatoire Hommes-Milieux international de Téssékéré, organise en collaboration avec ses partenaires dont l’Université Cheikh Anta Diop, le Comité National de Recherche Scientifique et l’Agence Nationale sénégalaise de la Grande Muraille Verte, la troisième édition des Universités d’été à Widou Thiengoly (Ferlo, Sénégal). Du 16 au 26 août 2015, plus de 80 personnes seront présentes : des chercheurs français, sénégalais et burkinabés ; des étudiants en médecine et en odontologie ; des masters français et sénégalais en écologie végétale, en zoologie, en sociologie et en anthropologie.

Lire la suite

Grande Muraille verte au Sahel : le Sénégal montre l’exemple

gilles BoestschLe projet de Grande Muraille verte au Sahel progresse pied à pied. Le point avec Gilles Boetsch, anthropobiologiste, directeur de recherche au CNRS et de l'Observatoire Hommes-Milieux international (OHMi) à Téssékéré au Sénégal.

Où en est le projet de Grande Muraille verte, lancé en 2007 par les chefs d’Etat africains pour lutter contre la désertification au Sahel ?

Le problème de ce grand projet, c’est que mis à part le Sénégal, et dans une moindre mesure la Mauritanie et le Tchad, tous les autres pays concernés sont en crise ! Du point de vue du Sahel, le projet avance donc très doucement et nous sommes encore loin des 7000 km de verdure, censés relier à terme le Sénégal et Djibouti. En revanche, l’initiative avance bien au Sénégal.

Lire la suite